• dancefiberparis

2ème rencontre avec Sabrina, danseuse et micronutritionniste


Nous retrouvons aujourd’hui Sabrina, fondatrice de Natur’move, qui était venu nous parler de sa passion pour la danse et de micronutrition cet été. On la retrouve aujourd’hui dans un échange passionnant autour de cette approche de l’alimentation, qui convient à tous : sportifs ou pas.

Après avoir fait cette formation en micronutrition, peux-tu nous dire quels sont tes sujets de prédilection et ceux que tu souhaites approfondir au cours des prochaines années ?


Pour le moment, j’ai choisi d’approfondir mes connaissances dans les troubles liés aux problèmes de thyroïde et aux troubles de la digestion, car ils sont souvent liés. Je continue donc à me former auprès de différents spécialistes de ce domaine, en France et à l’étranger. Je cherche aussi à développer l’utilisation de plantes, bourgeons, élixirs de minéraux dans ma pratique pour proposer une approche globale à mes patients.

Où pratiques-tu la micronutrition et comment se passe les consultations avec tes patients ?

Mes consultations en micronutrition ont lieu aussi bien en cabinet près de Lyon qu’en ligne par Skype. Je n’ai pas attendu le confinement pour proposer des consultations à distance. Cela est pratique pour le patient, surtout lorsqu’il se trouve à l’étranger ! De nombreuses patientes sont danseuses, notamment au Ballet de Madrid et dans différentes compagnies en Allemagne.


Peux-tu nous parler du rapport entre ton métier, la danse et le sport plus largement?


À partir de mes 25 ans, j’ai enchaîné les problèmes physiques que de nombreux sportifs rencontrent dans leur carrière : tendinite, déchirures, inflammations. Je ne comprenais pas pourquoi jusqu’à ce que je fasse un bilan nutritionnel et que je me rende compte que mon alimentation était complètement déséquilibrée. Je consommais trop de féculents, mais pas suffisamment de protéines et de matières grasses. En conséquence, je n’apportais pas à mon corps ce dont il avait besoin pour me permettre de danser autant.

J’ai aussi pris conscience que de nombreux danseurs et danseuses avaient une alimentation déséquilibrée, faute de temps et de connaissances. C’est pour cela que j’ai choisi de consacrer une partie de mon activité à la sensibilisation des danseurs à l’importance de l’alimentation sur leur forme et performance au long terme. En général cela se passe sous la forme d’interventions dans les conservatoires ou via le e-book que j’ai créé entièrement dédié à la nutrition du danseur.

Comment as-tu connu DanceFiber et quelle est ta pièce préférée de la collection ?

J’ai découvert DanceFiber lors du Salon de la Danse en 2017 à Paris. Je présentais mes barres énergiques pensées pour les danseuses et j’ai immédiatement adoré le concept derrière les vêtements. Prendre soin de soi par l’alimentation est nécessaire, mais il est tout aussi important de prendre soin de sa peau avec des matières naturelles. Et puis les vêtements sont parfaits pour rester au chaud pendant la barre. J’avais d’ailleurs craqué pour un top en coton beige que je mets encore aujourd’hui lors de mes cours de yoga, surtout en hiver car il tient bien chaud !

T-shirts DanceFiber en coton organique ou laine fine

Sabrina sera de retour parmi nous en novembre pour nous partager une de ses recettes préférées. En attendant, vous pouvez la retrouver sur Facebook et Instagram.

N’hésitez pas à partager cet article si il vous a plus !

Suivez nous sur Instagram 

#dancefiber

Restons en contact 

Soyez au courant des actualités de DanceFiber

  • Facebook
  • Instagram
  • Twitter
Se désinscrire de la newsletter

©2020 by Studio Bleu Atao